Liens sponsorisés
Historique 2/5
Quelles sont les origines des cartes ?
(Tiré de textes de Mario Tau)

Liens sponsorisés
L’hypothèse de l'origine égyptienne, quant à elle, raconte qu’un Pharaon aurait inventé le jeu pour distraire ses sujets vivant dans une profonde misère et souffrant de la faim. A ce moment-là, le jeu prit le nom de « Livre de Thot » ; il se composait de 78 lames en or pur ou étaient gravés des hiéroglyphes et des nombres magiques. Nous rappelons que le livre de Thot, que l’on considère comme l'origine des 22 Arcanes Majeurs, est le seul manuscrit rescapé de l'incendie de la fameuse bibliothèque d'Alexandrie qui renfermait les livres saints écrits sur papyrus. Au roi Thot on attribue également l'invention de la parole et des hiéroglyphes.
Guillaume Postel, célèbre orientaliste, se consacra le premier à l'examen des hiéroglyphes et des différentes figures emblématiques qu’on trouve dans le livre de Thot. Il fut frappé par de nombreux accès de folie mais malgré cela il donna d’importantes explications et décrypta la signification de certaines figures et des symboles de l'ancien livre égyptien, en aboutissant a la conclusion que les Egyptiens avaient appris les premiers à tirer les cartes, en prédisant l'avenir. En 1540, peu avant de perdre définitivement la tête, Guillaume Postel publia son incroyable «Clef des choses occultes».

Liens sponsorisés
Revenons à L’Europe et plus précisément à l’Espagne. Celle-ci fut le premier pays d'Europe qui connut les cartes et en devint bientôt un des principaux fabricants et commerçants sur une grande échelle. Ensuite les cartes se répandirent en France grâce à Bertrand du Guesclin. Une autre thèse raconte que ces cartes furent introduites de la Bohême dans les pays voisins, au cours du XIII ème siècle. Les premières cartes à jouer étaient réservées à une élite fortunée. Fabriquées de façon artisanale, peintes à la main et rehaussées d'or fin, elles subissaient un traitement particulier pour éviter qu’elles ne se détériorent trop vite. Ce qui rendait les cartes trop chères pour les classes populaires. Elles n'étaient réservées qu'à ceux qui pouvaient se permettre de les acheter. Avec l'utilisation de procédés de fabrication plus économiques les jeux de cartes vont toutefois se démocratiser et devenir abordables pour le commun des mortels. Dés 1420 le jeu de cartes se répandent dans l'Europe entière et sont fabriqués par milliers en Allemagne et en Suisse. L'engouement est tel que l'Eglise s'en inquiète et condamne le jeu en chaire et accuse les cartes d'être une invention du diable en menaçant même d'excommunication et de damnation ceux qui les utiliseraient : de nombreux édits en interdisent l'usage. Et l’on organise même des cérémonies pendant lesquelles les jeux de cartes sont brûlés.
Les premiers jeux de cartes français sont apparus sous le règne de Charles VI (XIVéme siècle) et se composaient de 78 petites cartes divisées ainsi : une carte appelée « le Mat », 21 atouts » et 56 cartes semblables a celles que nous connaissons aujourd'hui. Puis Charles VII (XVème siècle), fils de Charles VI, ordonna que les premières figures et les hiéroglyphes contenus dans le livre de Thot soit remplacés par des symboles qu'il avait lui-même créés. Le jeu fut réduit a 52 cartes : 4 rois, 4 dames ou reines, 4 valets ou pages, 4 as et 36 cartes appelées cartes blanches. Ces dernières avaient peu d'importance et étaient numérotées de 2 a 10. On peut donc déclarer que notre jeu de cartes traditionnelles (32 et 52 cartes) comme on le connaît encore aujourd’hui a été crée par Charles VII.

page 1 page 2 page 3 page 4 page 5