Liens sponsorisés
Historique 3/5
Quelles sont les origines des cartes ?
(Tiré de textes de Mario Tau)

Liens sponsorisés
Mais ce ne furent pas les seuls changements. Charles VII donna un nom particulier à chacune des figures : il les appela par le nom des personnages qui fréquentaient la cour en ce temps-la. Aux yeux de Charles VII le jeu devenait ainsi plus personnalisé. Parmi les nouveaux noms qu'il donna aux cartes nous trouvons :
- Le valet de coeur, appelé Lahire qui représentait l'un de ses plus fidèles serviteurs, Etienne de Vignoles. Le valet de carreau s'appelait Hector et était un des officiers du roi. Le valet de pique ou d'épée était Hogier, un guerrier de Charlemagne et le valet de trèfle s'appelait Lanzarote.
- Pour Charles VII, les 4 rois représentaient les 4 monarchies (juive, grecque, romaine et française). C'est pourquoi il leur donna le nom de David, Alexandre, César et Charlemagne.
- Quant aux 4 reines, Charles VII devait être profondément reconnaissant à Jeanne d’Arc, la reine d'épée (reine de pique), à qui il devait son trône car il voulut immortaliser en la baptisant du nom de Pallas, la déesse de la guerre. L'épouse de Charles VII, Marie d'Anjou, était la reine de bâton (reine de trèfle), parfois appelée Argine (anagramme latine de « Regina »). La reine de carreau représentait la favorite de Charles VII, Agnès Sorel, qui dans le jeu prit le nom de Rachel. Enfin, la reine de coeur représentait autant la mère de Charles VII, Isabeau de Bavière, que l'épouse de son fils Louis, Marguerite d'Ecosse, dénommée « Débonnaire ». Cette carte reçut le nom de Judith, la célèbre héroïne juive qui décapita Holopherne.

Liens sponsorisés
En ce qui concerne les couleurs, devant posséder une signification particulière, les experts donnent des interprétations divergentes. Première hypothèse : les coeurs symbolisaient la valeur et le courage et qu'ils étaient par conséquent le symbole de ceux qui avaient affaire avec les armes et qui pratiquaient la guerre. Les piques symbolisaient principalement les armes et les carreaux les munitions nécessaires pour faire la guerre. Les trèfles représentaient les vivres et les fourrages. Seconde hypothèse (plus intéressante) : les quatre couleurs étaient la représentation des différentes classes la société de cette époque. Les piques ou épées symbolisaient la noblesse, les coeurs le clergé, les carreaux la classe moyenne, c'est-à-dire la bourgeoisie, les trèfles les paysans.
A la suite de la Révolution française, ces significations changèrent considérablement sous le Directoire. Les rois étaient tour à tour des numéros ou des génies. Le roi d'épée (de pique) était le génie des arts, le roi de trèfle le génie de la paix, le roi de coeur le dieu de la guerre et le roi de carreau le génie du commerce.
Les reines étaient considérées comme représentantes des 4 libertés : la reine de coupe, de l’égalité ; la reine de bâton, de la fraternité ; la reine de deniers, de la liberté et la reine d'épée, du libre arbitre. Aux cavaliers, on attribuait le privilège de symboliser l'égalité, tandis que les valets représentaient 4 lois ou forces : la force de l'épée (épées), la force de la richesse (deniers), la force de l'intelligence (coupes) et la force physique (bâtons). A ce moment-là, les 4 rois furent rebaptisés des noms de Solon, Caton, Rousseau et Brutus.

page 1 page 2 page 3 page 4 page 5